www.les-mille-etangs.com Titre
bannière
 
 


le plateau  

MONT DE VANNES

Alt: 700m

 
Mont de Vannes  

 

Altitude 700 mètres, dominant la vallée, et offrant une vue majestueuse sur le Plateau des Mille Étangs. C'est un ermite venu s'installer sur ce sommet qui lui aurait donné son nom au 16e siècle. Au moyen-âge (1494) les abbayes exploitaient le fer sous forme de minières (à ciel ouvert). Le Mont de Vannes commença à livrer ses richesses : le minerai de plomb, véritable métal précieux, il était utilisé dans les vitraux, les scellements, ou les conduites.


vitraux

Au sommet de la colline une chapelle a été construite en 1681, et l'autorisation d'y célébrer la messe fut accordée le 18 août 1711. Le site abritait une communauté de religieux de la congrégation de Saint Jean-Baptiste, qui enseignait le latin, les sciences et la religion jusqu'à la Révolution. L'école paroissiale contribua à la formation de nombreux futurs prêtres, et chaque dimanche un vicaire de Fresse donnait une messe à la chapelle. En 1792 l'Assemblée législative abolit les congrégations enseignantes, les religieux furent contraints d'abandonner le Mont de Vannes en 1793. Le "gouvernement révolutionnaire" s'appropria les bâtiments et les mit en vente la même année. En 1801 le nouveau propriétaire, Jean-Baptiste Guy, obtint l'autorisation de tenir une école française et latine. Dés 1803, l'école accueille 25 élèves, l'année suivante 80 personnes sont dans l'établissement. Le 25 messidor an 11 (13 août 1804), sa Majesté l'Empereur des français, autorise l'exercice du culte dans la chapelle du Mont de Vannes. La première messe y fut célébrée le 17 décembre 1804.


N.D de l'AssomptionLa chapelle actuelle fut construite en 1834 par Jean-Baptiste Guy. L'année suivante, la statue de Notre-Dame de l'Assomption retrouvait la chapelle du Mont de Vannes, elle avait été mise en sécurité dans l'église de Fresse, en 1793, le lendemain du départ des religieux. L'administration décida la fermeture de l'établissement en 1851 (décès de JB Guy), les bâtiments annexes furent occupés par des locataires, mais la chapelle conserva ses activités religieuses. Les pèlerinages de la Fête Dieu, de la Nativité, et de l'Assomption rassemblaient chaque fois une foule importante. Au début du XXe siècle, la propriété fut vendue à Monsieur Grandmougin et transformée en exploitation agricole, la chapelle fut dépouillée de tous ses ornements religieux. Durant l'été 1944, le Mont de Vannes devint un haut lieu de résistance, la chapelle abritait les résistants du Maquis du Plainet, et Mr Grandmougin refusant d'aider les Allemands fut abattu dans un chemin attenant. En septembre 1944, la chapelle fut transformée en infirmerie, défendue par le 2ème bataillon de Zouaves portés. En 1961, le comte de Deym de Landau acquiert la chapelle et les terrains, il en fait effectuer des travaux de restauration, et en 1962, la chapelle accueille de nouveau les processions du 15 août. Aujourd'hui encore, ce sont les fils de Mr Grandmougin qui exploitent la ferme attenante et entretiennent la chapelle du Mont de Vannes.
Rendez-vous au sommet, haut-lieu de ferventes prières, et ressentez cinq siècles de dévotion tumultueuse et passionnée !


 






Copyright ©2003 - Patrice Galmiche - tous droits réservés.