www.les-mille-etangs.com Titre
bannière
 

Les étangs > l'assec | faune | flore | les tourbières



l'un des mille étangs !

Le Plateau des Mille Étangs s'étend sur 220 km² de terres pauvres et de marécages, il a été façonné par des glaciers disparus depuis 12 000 ans. Ces derniers ayant creusé mille et une cuvettes, dans lesquelles étangs et tourbières se sont nichés. Le travail des hommes allait transformer ce territoire en une immense réserve piscicole, constituée de 850 étangs, et non mille, tant pis pour la magie des chiffres ronds ! Les étangs n'ont rien de naturel, ils ont été créés à partir du XIe siècle par les moines défricheurs et les paysans qui dépendaient de l'abbaye de Luxeuil-les-Bains. Ils ont longtemps constitué la principale ressource de la région, même si l'acidité de leurs eaux ne permettaient que de faibles rendements ; 60kg/an et par hectare. Les poissons les plus représentés sont la carpe et la tanche, mais la bonne oxygénation des eaux froides assure une reproduction favorable de truites.


Un climat humide associé à une topographie favorable ont déterminé l'aménagement des étangs, ceux-ci occupaient diverses fonctions :

  • la régulation du débit de l'eau des rivières, assurant pour l'industrie, une production d'énergie électrique.

  • l'irrigation, en fond de vallée, par des canaux creusés, quadrillant les prés, drainant au printemps, et irriguant en été;

  • la pisciculture, des générations de paysans ont tiré profit de la production piscicole, améliorant ainsi leur quotidien (vente et consommation).

Les étangs sont peu profonds, l'eau se renouvelle très faiblement, principalement par les eaux de pluies et de ruissellement. Les étangs sont de véritables capteurs solaires, ils redistribuent une énergie lumineuse nécessaire à la croissance des végétaux. Les eaux sont tempérées en surface et froides au fond, cette différence de température produit des courants thermiques qui oxygènent les eaux. Le fond est recouvert de vase, produite par les dépôts aquatiques (végétaux, minéraux, animaux), cette vase contribue à l'acidité des eaux. Tout un écosystème dépend des étangs, c'est un milieu unique et fragile, qu'il faut préserver. En effet, l'avenir des étangs est incertain, il est menacé par l'abandon des milieux ruraux, de la pollution, de l'envasement des berges, de l'assèchement, de l'acidité découlant des résineux, du développement des activités de plein air. Aujourd'hui, devenus peu rentables, les étangs se sont transformés en étangs de pêche ou de loisirs, ils contribuent, de par leurs intérêts écologiques et scientifiques, à une transmission du patrimoine. Ils sont le symbole de l'union de la nature et de l'homme !


 

L'ASSEC

Etang du Plateau

L'assec ou vidange des étangs d'élevage s'effectue tous les deux ou trois ans, en automne (Toussaint) ou au printemps (Pâques). Cette pratique remonte au Moyen-Age, elle alterne les périodes de mise en eau et d'assèchement temporaire. Le vidage de l'étang était une véritable fête, et représentait une intense activité. Suivant l'étendue de l'étang, il fallait quelques jours de vidage, puis les pêcheurs, les jambes dans l'eau recueillaient les poissons dans de grands paniers. Les poissons étaient triés, les alevins gardés pour le rempoissonnement, mis en réserve dans des carpières que possédaient toutes les fermes, les carpes, gardons, tanches, brochets (plus rares), perches, truites étaient vendus sur place. Pendant l'assec, les propriétaires entretenaient les étangs, permettant la reconstitution de la fertilité des fonds. Dans les étangs asséchés, en été, on cultivait le millet, l'orge et le sarrasin. Cette agriculture d'étang a quasiment disparu, et peu d'agriculteurs pratiquent encore l'assec. Un pays de montagne rude, des conditions de vie difficiles ont poussé les hommes à déserter le Plateau des Mille Étangs. Ils étaient sept-cents il y a un demi-siècle, ils ne sont plus que soixante-dix aujourd'hui !


Un étang entretenu en vue d'une exploitation piscicole ne permet pas à la vie sauvage de se développer, mais si la nature reprend ses droits, l'étang, ainsi que ses berges, sont le lieu d'une vie végétale et animale intense...

 

LA FAUNE

grenouille verte

Certaines espèces animales nagent : les poissons et les larves, d'autres vivent en suspension : le plancton, certaines espèces se développent dans la vase et sur le sol, au bord de l'étang : les micro-organismes, des espèces s'agrippent aux plantes aquatiques, une grande variété d'oiseaux vivent et se reproduisent aux abords des étangs...
Découvrez le milieu naturel qui entoure le plan d'eau, une grande activité, un espace de vie ou la richesse des espèces animales est encore préservée, malgré une croissance lente de la faune aquacole.

 
Dans l'eau

carpe, perche, brochet, gammare, notonecte.

 
Dans la vase

écrevisse, limmée (escargot d'eau), Anodonte (moule aquatique pouvant mesurer 200 mm), larves de trichoptères qui construisent des carquois à base de plantes, de sable et de pierres.

 
Près des racines

larves d'insectes (agrions, demoiselles, aeschnes, libellules, moustiques).

 
En surface

Gerris (araignée d'eau mesurant de 10 à 15 mm), gyrin (tourniquet), les oeufs de la grenouille rousse (3 500 en grappes), Nèpes (punaises aquatiques de 50 mm) pourvues de longues pattes velues, leur permettant de se déplacer par saccades, et de capturer les insectes.

 
A côté de l'étang

Aeschne bleue (grande libellule de 95 à 110 mm d'envergure), agrion, rat-musqué, chauve-souris, putois, couleuvre à collier, grenouilles verte et brune, crapaud, triton.

 
Oiseaux

grèbe huppé, Martin-pêcheur, Héron cendré, colvert, balbuzard, hirondelle, bergeronnette des ruisseaux, bruant des roseaux, chevalier guignette, foulque macroule, poule d'eau, sarcelle.

Héron cendré Canard Colvert Grenouille verte

LA FLORE

Nénuphar

La végétation des étangs détermine la qualité et l'état de "santé" de ces derniers. Plusieurs espèces de végétaux cohabitent auprès des étangs : les végétaux dont l'appareil végétatif est aérien mais avec les racines dans l'eau (roseaux à balai), et les végétaux ayant leur appareil végétatif immergé (reproduction dans l'eau), classés dans deux catégories ;
1- les espèces nageuses.
2- les espèces qui se fixent au fond de l'eau (nénuphar blanc) ou à partir des rives.
Si ils sont en eau, les étangs montrent une végétation réduite, avec des plantes capables de vivre dans un milieu appauvri en calcium et riche en acidité. Certains sont envahis par des Joncs Bulbeux, aux tiges flottantes, rougeâtres et enchevêtrées. Les Roseaux et les Saules entourent l'étang, et par endroits, des Carex viennent varier le paysage. Les Nénuphars, jaunes ou blancs, plongent leurs racines à 3 ou 4 mètres, pour se fixer au fond de l'étang. La Renoncule Flottante, aux fleurs blanches et jaunes, et l'Iris Faux Acore poussent où il n'y a que quelques centimètres d'eau, tandis que la Caltha des Marais, aux fleurs jaunes éclatantes se trouve sur la berge. Les rives sableuses submergées sont couvertes d'un tapis vert foncé de Littorelles, qui ne fleurissent pas tous les ans, seulement pendant les assèchements. Les plantes émergées forment une ceinture sur les bords, dominée par la Laîche Grêle aux grandes touffes glauques. Les berges envasées sont colonisées par la Saule à Oreillettes. D'autres plantes vivent sur les eaux sombres des étangs, la Renouée amphibie, aux épis rose vifs, et le Lis d'eau ou Nymphéa Blanc, aux somptueuses corolles blanches.
Pendant l'assec, les fonds sableux et vaseux des étangs sont colonisés par des plantes apparentées aux champs cultivés : le Trèfle des Champs, la Corrigiole (plante de rivage), les Bidents, espèce munie de deux pointes hérissées d'aiguillons microscopiques qui s'accrochent à tout ce qui passe à sa proximité, le Scirpe Paritime (logé dans les chenaux humides), et surtout, le Millepertuis boréal, unique en Europe !

 

D'autres espèces végétales enrichissent les étangs :
Algue verte et bleue (Nitelle), Myriophile, Nénuphar nain (relique glaciaire !), Châtaigne d'eau, Renouée aquatique, Utriculaire, Plantain d'eau, Iris jaune, Prèle, Comaret, Glycérie (grande graminée), Massette (Typha), Carex en touradons, Rubanier, Roseau (Phragmite), Reine des prés, Populage des marais, Angélique, Renouée bistorte, Potamot, Linaigrette , Moline bleue, Aulne, Bouleau, Bourdaine...

 
Utriculaire vulgaire Nénuphars Linaigrette
 

Étang







Copyright ©2003 - Patrice Galmiche - tous droits réservés.